Contenu enregistré dans myHoval

Fichier enregistré dans myHoval

Une erreur est survenue lors de la sauvegarde du contenu dans myHoval.

Faire bouger le monde avec entrain

Faire bouger le monde avec entrain

Interview de Daniel Weltin, Directeur de Hoval SA

Depuis le 1er avril 2018, Hoval Suisse a un nouveau Directeur. Daniel Weltin explique dans cet entretien, sa philosophie de gestion et comment il envisage d’ancrer encore plus solidement l’offre de la Société Hoval dans le marché Suisse.

(Interview Monika Schläppi, paru dans l'édition n°4 de domotech, 08/09.2018)

Quel a été le point déterminant qui vous a motivé à accepter la direction de la Société Hoval Suisse?
La Société Hoval m’a toujours fasciné. Dans le segment spécifique dans lequel elle est active, cette entreprise fabrique des produits exceptionnels, extrêmement innovants. La technique de régulation par exemple. Un autre aspect a sans doute été ma fascination personnelle pour la technique. Et le fait que j’ai toujours travaillé pour des leaders du marché haut-de-gamme. En outre, les structures internes à l’entreprise, telles qu’elles sont proposées par une entreprise familiale, étaient déterminantes pour moi. Et enfin, c’est sans doute la technique et configuration de la structure propriétaire qui m‘ont incité à prendre cette décision.

Vous êtes Directeur depuis le 1er avril. Que pensezvous de l’entreprise après ces premiers mois?
Tout d’abord, j’ai fait connaissance avec beaucoup de personnes. En Suisse, la Société emploie plus de 350 collaborateurs. Cela prend un certain temps de discuter avec les cadres et avec tous les collaborateurs. Ce qui m’a vraiment impressionné, c’est l’engagement visible de tous les employés. Que ce soit en Suisse occidentale, au le Tessin ou en Suisse alémanique, j’ai ressenti partout à quel point nos employés sont engagés et passionnés. Lors de visites d’installations, j’ai été fortement impressionné par la compétence technique de nos collaborateurs. Voici les expériences qui m’ont le plus marqué les premiers mois.

Nous vivons encore avec un pied dans le «vieux» monde analogique, et parallèlement, le «nouveau» monde numérique est en plein essor.

Par le passé, vous avez été Responsable des Ventes chez Siemens Building Technologies et plus tard également chez Hilti. Pour un Directeur Général est-il nécessaire de savoir vendre?
Hoval Schweiz est une organisation de vente et de service. La vente fait partie de l’entreprise. Il est certainement utile d’avoir de l’expérience dans ce domaine. Pour pouvoir réussir dans cette activité, il faut un certain flair en matière de relations avec les clients et les personnes.

Vous souhaitez faire en sorte qu’Hoval Suisse accède à une plus grande visibilité. Quelles sont, pour vous, les mesures prioritaires?

Actuellement, nous nous penchons de manière intensive sur les modifications légales à venir (Stratégie énergétique 2050/MoPEC) et sur notre orientation stratégique face à ce changement. En collaboration avec l’équipe de management, nous nous attellerons après la période estivale, à la mise en œuvre des objectifs concrets pour Hoval Suisse. Il est d’ores et déjà établi que nous devrons nous concentrer sur la numérisation. Par ailleurs, nous souhaitons de plus en plus entrer directement en contact avec les clients finaux, qu’il s’agisse de planificateurs ou d’investisseurs. A l’heure actuelle, je ne peux toutefois pas vous en dire plus.

La complexité des tâches augmente sans cesse et on demande toujours plus de flexibilité aux employés. Comment relevez-vous ces défis?

Je pense que tout est une question de rythme adéquat. Actuellement, la difficulté est la suivante: nous vivons encore avec un pied dans le «vieux» monde analogique, et parallèlement, le «nouveau» monde numérique est en plein essor. Deux perspectives foncièrement différentes: d’une part, il faut encore fonctionner dans l’ancien monde, pour satisfaire aux besoins des collaborateurs et des clients; et d’autre part, nous nous trouvons déjà dans le monde numérique et à ce niveau-là, il faut expérimenter et apprendre des choses. C’est là que se cache sans doute le point critique de notre époque. Il est pour cette raison extrêmement important, de participer à la conception de l’avenir numérique. Il faut cependant aussi réfléchir à la vitesse à laquelle on souhaite progresser sur la voie numérique. L’ensemble de ce processus nous accompagnera encore quelques années. En termes de fond, la numérisation recèle de nombreuses opportunités pour nous, certaines choses deviennent bien plus intuitives. Tout ne devient pas plus compliqué! Ce n’est de loin pas le cas. Pour nos clients et nos collaborateurs, j’y vois l’opportunité de simplifier leur quotidien. Les moyens numériques soutiennent et accélèrent tous les processus décisionnels.

Est-il alors pour cela nécessaire que les collaborateurs aient d’autres compétences?
Sans doute. Quand les employés endossent une nouvelle fonction, les conditions requises doivent être vérifiées. Ce qui distingue notre personnel, c’est une grande stabilité. De nombreux collaborateurs sont déjà depuis des années au service de Hoval. C’est ensemble que nous devons entrer dans le monde du numérique. Cela nécessitera un certain temps et il faudra faire preuve de patience. Notre devise pour l’année 2018 est: «Un chemin se dessine, lorsqu’on l’emprunte.» La voie qui nous mène au monde numérique n’est pas encore facile à appréhender pour nous tous, mais on sait plus ou moins dans quelle direction on veut aller. Cette voie se dessinera uniquement si nous l’empruntons de concert avec nos collaborateurs. Début juillet, notre nouveau site internet a été lancé. Il propose désormais une boutique en ligne pour les professionnels, dont l‘accès est sécurisé. On y trouve également des propositions de solutions globales et de plus amples informations sur tous les produits Hoval, avec un lien direct avec la boutique en ligne. Dans les différentes équipes, on se penche actuellement sur la façon de transmettre au mieux ces informations aux clients.  C’est cela que j’entends par «emprunter ensemble la voie vers une ère nouvelle».

... Et supprimer ainsi la crainte de la nouveauté chez les collaborateurs?

J’essaie toujours de transformer l’appréhension en enthousiasme: enthousiasme à apprendre, enthousiasme à tester, enthousiasme à commettre des erreurs.

C’est le point fondamental. En ce qui concerne la numérisation, il est impossible d’élaborer tout simplement une méthode de travail et de dire: Bon, et maintenant travaillez avec le numérique. Ce qui est par contre réalisable: c’est d’élaborer une méthode pour tester, pour apprendre. Personne ne doit rester dans l’immobilisme. J’ai fait un ajout à notre devise de l’année: «Un chemin se dessine, lorsqu’on l’emprunte.» : apprenez, avancez, faites des erreurs. La seule chose qui n’est pas tolérée, c’est l’immobilisme. Chacun doit tester le nouveau site internet et en discuter avec les clients. En expliquant, en apprenant, on a le droit de commettre des erreurs, c’est la seule manière d’avancer.

Y-a-t-il aussi des nouveautés au niveau des produits?
En collaboration avec le groupe, l’ensemble de la gamme des produits a été renouvelé ces deux dernières années. Nous disposons aujourd’hui de la pompe à chaleur la plus silencieuse nouvellement arrivée sur le marché. Dans le domaine de l’énergie solaire, «SolKit aqua» est également un système compact sensationnel que nous proposons dans notre gamme. L’ensemble de la gamme est disponible numériquement 24h/24, 365 jours par an – même pour les clients finaux. Des efforts importants ont été consentis pour pouvoir offrir une gamme innovante. Actuellement nous sommes en tournée avec nos produits. Une sorte de salon de démonstration sur roues qui se passe directement chez nos clients.

A quoi ressemble le marché dans le secteur des chaudières au fuel et au gaz? Avez-vous constaté un recul de la demande?
Le marché des chaudières à fuel est en recul depuis des années, les derniers chiffres indiquent une baisse de 8 à 9 pour cent. Dans le secteur de la rénovation et des constructions nouvelles, le fuel joue actuellement un moindre rôle. Pour Hoval, le segment fuel est encore un domaine d’activités et nous gagnons aussi des parts de marché dans ce segment. Dans le secteur gaz, le marché est stable. Dans ce secteur aussi, nous avons pu prendre de l’ampleur.

Des nouveaux chiffres de l’OFEN montrent un recul significatif des hydrocarbures combustibles?
Oui, heureusement! En Suisse, nous avons la stratégie énergétique MoPEC 2014 qui touche essentiellement à la réduction des émissions de CO₂. Avec tous ses produits, Hoval est actif dans la production de chaleur: que ce soit avec les sources énergétiques que sont le fuel et le gaz ou avec nos pompes à chaleur. Dans le domaine du solaire, nous disposons en outre de solides partenariats et proposons dans notre gamme également la biomasse. Si dans le passé l’accent était mis sur le chauffage au fuel ou au gaz, nous pouvons aujourd’hui couvrir toutes les demandes du marché.  Nous n’imposons aucune règle, c’est le client final ou le planificateur qui décide quelle technique de chauffage sera la bonne solution pour lui, selon chaque situation ou bâtiment. Nous le conseillons pour trouver la meilleure solution pour lui.

L’avenir appartient-il à la notion de système?
Un système est avantageux pour toutes les parties prenantes, surtout pour l’environnement. Nous sommes un fournisseur de systèmes, aussi bien en ce qui concerne la mise en réseau et la technique de régulation que pour les systèmes en soi. Nous ne commercialisons pas seulement des produits individuels, comme par exemple des chaudières à fuel, mais des solutions de systèmes entiers. La technique des systèmes est-elle aussi synonyme d’allègement ou de gain de temps au niveau de l’installation? L’installateur est tributaire de partenaires solides. Mettre en place une installation bivalente est une affaire très complexe. Un vaste savoir-faire est nécessaire dans le domaine de la construction d’installations. Nous sommes ravis quand nous avons le droit de prêter main forte à l’installateur.

La technique des systèmes est-elle aussi synonyme d’allègement ou de gain de temps au niveau de l’installation?
L’installateur est tributaire de partenaires solides. Mettre en place une installation bivalente est une affaire très complexe. Un vaste savoir-faire est nécessaire dans le domaine de la construction d’installations. Nous sommes ravis quand nous avons le droit de prêter main forte à l’installateur.

Dans notre branche, nous travaillons avec des installations qui représentent quelque chose de positif pour chaque individu et pour l’environnement.

Votre devise personnelle est la suivante: «Faire bougerle monde avec beaucoup d’entrain». Que signifie-t-elle pour Hoval?
Bien sûr, je souhaiterai faire bouger et façonner le monde, avec les collaborateurs. Nous souhaitons prendre conscience et vivre la devise Hoval: «Responsabilité pour l’énergie et l’environnement». Dans notre branche, nous travaillons avec des installations qui représentent quelque chose de positif pour chaque individu et pour l’environnement. C’est fantastique n’est-cepas, alors que demander de plus? Tout le monde aime la chaleur, tout le monde souhaiterait vivre avec la bonne ventilation et une qualité d’air qui soit bonne. C’est formidable de pouvoir faire du bien à nos clients grâce à nos produits.

... et l’entreprise en bénéficie également...
Oui, et pour revenir encore une fois aux Millennials: notre travail génère du sens. Car nous réalisons quelque chose d’utile qui fait avancer l’humanité. Grâce à cela, nous sommes bien placés chez Hoval.

Auteur


IvanWidmer

Ivan Widmer

Responsable marketing