7 mythes sur les pompes à chaleur: vrai ou faux?

7 mythes sur les pompes à chaleur: vrai ou faux?

Grâce à leurs performances et au fait qu'elles préservent le climat, les pompes à chaleur sont très demandées. Nous nous débarrassons des mythes sur leurs propriétés et fonctionnement et vous fournissons ici des arguments et mises au point solides.

  • Conseils et astuces
  • Chauffer

1. Les pompes à chaleur sont trop chères

Une pompe à chaleur aux dimensions adéquates, professionnellement installée et correctement utilisée est moins chère sur toute sa durée de vie que tout générateur de chaleur conventionnel. Il est vrai qu’une pompe à chaleur peut coûter jusqu’à 50% de plus qu’une chaudière à gaz par exemple. En raison des coûts d’exploitation plus faibles, l’investissement initial est rapidement amorti et s’avère rentable.

Les coûts d’exploitation dépendent des températures du système: de basses températures du système sont synonymes de faibles coûts d’exploitation. Un chauffage au sol par exemple permet d’atteindre de faibles températures du système. En fonction du type de bâtiment, sa température de départ optimale est comprise entre 28 et 35 °C. Il est possible d’utiliser des ventilo-convecteurs pour exploiter une pompe à chaleur.

Il existe en outre différentes offres de subvention pour les pompes à chaleur. Vous trouverez de plus amples détails à ce sujet dans l’article de blog «Subventions pour chauffage».

2. En cas de températures extérieures très basses, les pompes à chaleur fournissent peu de chaleur.

Les pompes à chaleur air/eau de dernière génération (Hoval Belaria) fournissent aujourd’hui en toute fiabilité de la chaleur jusqu’à -20 °C. Si la chaleur ne devait pas être suffisante, un chauffage électrique s’active temporairement en cas de températures extérieures très basses. Ce chauffage fournit la chaleur requise en combinaison avec la pompe à chaleur.

Les pompes à chaleur saumure/eau (Hoval Thermalia) utilisent la chaleur provenant du sous-sol. L’eau souterraine qui, dans les régions riches en eau, se trouve directement sous la surface de la terre, peut être utilisée. Contrairement à l’air extérieur utilisé par les pompes à chaleur air/eau, les températures de l’eau souterraine sont relativement constantes toute l’année. Si les températures de l’eau souterraine sont comprises en moyenne entre 9 et 12 °C, les pompes à chaleur eaux souterraines peuvent être exploitées de manière très efficace.

3. Les pompes à chaleur sont exclusivement utilisées pour chauffer.

Le terme «pompe à chaleur» n’est pas idéal car les pompes à chaleur fonctionnent également dans le sens inverse et peuvent refroidir en été. Elles sont réversibles et le refroidissement de pièces (de préférence via des ventilo-convecteurs) est même recommandé. Les conduites d’eau doivent cependant être très bien isolées contre l’eau de condensation.

4. Les pompes à chaleur sont très bruyantes

Au début, il y a de nombreuses années, les unités extérieures des pompes à chaleur présentaient un niveau sonore d’env. 76 dB. Celui-ci a depuis fortement baissé. L’unité extérieure d’une pompe à chaleur air/eau Hoval Belaria ne produit aujourd’hui que 54-57 dB, en fonction de la puissance. Le niveau de pression acoustique, donc les bruits perçus subjectivement, sont encore plus faibles: à une distance de 5 m, il est compris entre 35 et 38 dB et à une distance de 10 m, entre 29 et 32 dB. Ces valeurs sont valables lorsque l’unité extérieure se trouve sur un côté de la maison. Les sources de bruit sont le ventilateur et le compresseur. La technologie de compresseur a fait de grand progrès au cours de ces dernières années, notamment les compresseurs Scroll qui, comparés aux pistons initialement utilisés, sont beaucoup plus silencieux.

20 dB: une feuille bruisse peut-être dans un jardin paisible.

30 dB: cette valeur est mesurée dans une chambre.

35 dB: cette valeur est mesurée dans un appartement calme.

40 dB: des voix basses sont perceptibles dans une bibliothèque.

50 dB: il pleut.

60 dB: une voiture passe.

5. Les pompes à chaleur sont uniquement appropriées pour les constructions neuves.

Les pompes à chaleur peuvent également être une excellente solution pour l’assainissement de bâtiments existants. Le choix du type et de la capacité est l’aspect le plus important. Les points suivants doivent être respectés: les distributeurs de chaleur (un chauffage au sol ou des radiateurs) et leurs températures de fonctionnement, l’isolation du bâtiment et la disponibilité d’une source de chaleur adéquate pour la pompe à chaleur. Lors d’un assainissement, il ne faut pas oublier qu’il faut percer dans la terre pour l’échange de chaleur et qu’il est donc nécessaire de creuser dans le jardin. Pour les anciens bâtiments, les pertes de chaleur dues à une isolation insuffisante et à des fenêtres non étanches doivent d’abord être évaluées. De telles pertes thermiques peuvent entraver indirectement l’efficience de la pompe à chaleur.

6. Les pompes à chaleur nécessitent beaucoup de place.

Les pompes à chaleur saumure/eau nécessitent environ la même surface d’installation qu’une chaudière à gaz. Les avantages sont cependant évidents: aucune chaufferie n’est requise car aucune combustion n’a lieu et aucun réservoir de combustible n’est nécessaire. Un espace d’un mètre carré est donc suffisant. La pompe à chaleur air/eau Hoval Belaria SRM (4-16) par exemple est dotée d’une unité extérieure d’une longueur de 80 cm et d’une largeur d’env. 75 cm. L’unité intérieure présente des dimensions de 80 x 40 cm.

7. Les pompes à chaleur nécessitent des révisions fréquentes

Afin d'assurer le bon fonctionnement de la pompe à chaleur, Hoval recommande un contrôle et un entretien réguliers par le Service Hoval. De la sorte, la pompe à chaleur fonctionne efficacement et fournit une chaleur confortable sur le long terme. Hoval propose des maintenances individuelles et des contrats de maintenance pluriannuels, garantissant ainsi le confort et le maintien de la valeur de votre climatisation intérieure.